L'Amour est à la lettre A de Paola Calvetti

Publié le 8 Mai 2009

    Emma ouvre une librairie spécialisée dans les histoires d'amour, car elle les aime, et croit fermement à l'impact que peut avoir un roman sur la vie des gens. Pour elle, lire un bon roman est une excellente thérapie. En effet, qui ne s'est jamais évadé dans un autre univers, une autre vie et en a retiré un appréciable bienfait?
    Emma a cinquante ans, elle est divorcée, mais ne souffre pas de sa solitude, elle trouve son bonheur dans sa librairie, elle est sereine... jusqu'au jour où elle rencontre Fédérico, un amour de jeunesse. Celui-ci est marié, habite New-York, et lui propose une correspondance épistolaire qu'ils poursuivent pendant plusieurs années et dans laquelle, ils parlent tous deux de leur travail qui les passionne et de l'attachement qu'ils éprouvent l'un pour l'autre.
    Mais au fil du temps, insidieusement, leurs sentiments s'affermissent et Emma se plaît à croire qu'un avenir est possible. Pourtant, si Fédérico a entamé bien imprudement cette relation, il se rend bientôt compte de la difficulté qu'il y a à rompre avec une femme qui l'aime et le soutient. En fait, c'est un homme bien installé dans sa vie: une épouse, un enfant, un travail. Emma, après avoir vécu un grand bonheur teinté d'espérance, est ébranlée par le comportement de son amant et doit lutter pour ne pas s'enfoncer dans un découragement nuisible.

Ce que j'en pense:
   Je n'ai pas été convaincue par l'histoire d'amour du couple que j'ai trouvée factice dès le début. J'ai eu l'impression qu'Emma et Fédérico se jouaient la comédie de l'amour. Lui, je l'ai perçu comme un homme voulant tout simplement se distraire.
    J'ai beaucoup aimé par contre la citation de nombreuses oeuvres littéraires et la façon de parler des livres.
    L'écriture est heureusement soutenue, mais familière dans certains passages dans un souci de modernité, mais ceci, à mon avis, gâche l'écriture.
    Ce livre, tout en ne m'ayant pas franchement déçue, ne m'a pas enthousiasmée.


Merci à Suzanne de chezlesfilles et aux Presses de la Cité.

   

Rédigé par Alicia

Publié dans #Littérature italienne

Commenter cet article

Retsig 03/06/2009 02:45

Peut-être que... de même que des couleurs ternes ne gâchent pas un tableau quand celui-ci est peint par un artiste de grand talent, peut-être que ce n'est pas la familiarité qui gâche l'écriture...

Alicia 03/06/2009 15:24


Tu n'as pas tort, mais en ce qui me concerne, il s'agit plutôt d'une question de goût.


praline 20/05/2009 22:52

En cours de lecture... pas tout à fait dedans.

Alicia 21/05/2009 10:46


J'aimerais bien savoir ce que tu en penses, Praline. Donc à bientôt de te lire...


Nanne 11/05/2009 17:12

Voilà un roman tout en nuance qui parle d'amour, de livres, d'amour des livres et de la vie autour des livres. Un livre comme on aime à les lire, juste pour le plaisir qu'il nous procure. Et c'est bien l'essentiel ...

Alicia 14/05/2009 09:11


Ce qui m'a particulièrement plu dans cette oeuvre, c'est la citation de nombreux ouvrages et l'amour que la libraire a pour les livres.
Bien à toi!


paola 10/05/2009 16:59

Lui, Federico, l'aime. Depuis toujours. Elle, Emma, aime. Mais elle a appris que l'amour peut et doit etre aussi heureux...et non pas superficile, mail léger...Merci de la sincerité,Paola 

Alicia 11/05/2009 14:29


Merci Paola pour votre commentaire.
J'ai eu du mal à croire à l'amour d'Emma et de Fédérico, car, à mon avis, après tant d'années, les sentiments changent. Il m'a semblé que l'émotion qui les a saisis tous deux, quand ils se sont
rencontrés, n'était jamais que de la nostagie.
Cordialement!


sybilline 10/05/2009 11:43

Bien que ton avis soit, comme toujours, nuancé et modéré, je ne me sens pas du tout attirée par ce roman qui exploite une veine un peu trop connue (la correspondance libraire/lecteur) et qui me semble un peu superficiel 

Alicia 11/05/2009 14:31


Merci Sybilline pour ton avis.
A très bientôt!