Les yeux bleus de Thomas Hardy.

Publié le 26 Mai 2010

     Oeuvre publiée en 1873, mais éditée seulement en 1997. Roman psychologique dont l'histoire se passe dans le sud-ouest de l'Angleterre. Thomas Hardy est né en 1840 et décédé en 1928.

    Elfride a 20 ans, des yeux bleux et lumineux qui éblouissent tous ceux qui la rencontrent. Elle s'éprend de Stéphen Smith un jeune architecte venu faire des travaux sur l'église du village.

     Malheureusement le mariage est compromis à cause de la condition sociale du jeune homme. Elfride et Stéphen décident donc de partir en cachette pour réaliser leur voeu le plus cher, mais sa conscience la travaillant, Elfride renonce à ce projet déraisonnable et rentre chez elle. Stéphen, lui, part dans un pays lointain pour parfaire ses connaissances, à seule fin de s'élever dans la société et épouser la femme qu'il aime.

    Pendant ce temps, survient dans la vie d'Elfride, Henry Knigt, la trentaine, un tantinet cynique, moqueur... Il ne ménage pas la jeune fille et pourtant un lien profond se tisse entre eux. Cependant Elfride ne dit rien à Knigt de ses fiançailles avec Stéphen Smith malgré le temps qui passe et les nombreuses possibilités qu'elle a de révéler son passé. Non qu'elle soit malhonnête, mais c'est la crainte de perdre cet homme avec lequel elle se sent si bien, qui l'a fait agir ainsi.  De ce fait, son comportement est ambigu. Droite au plus profond d'elle-même, elle donne l'impression de ne pas l'être et c'est ainsi que Knigt se méprend à son sujet.  Knigt qui, ayant une très haute conception de l'amour, n'accepte pas l'idée que la jeune fille qu'il aime, ait pu avoir une idylle avec un autre que lui, d'autant plus que cette histoire reste floue à son entendement, puisque la jeune fille ne lui dévoile rien. Dans le doute et sans chercher à creuser davantage le mystère, il prend une décision irrévocable.

   Ce que j'en pense: Belle oeuvre. Beaucoup de richesse dans la description des sentiments humains, qui nous permet ainsi de suivre le cheminement toumenté des personnages. Magnifique description des paysages de l'endroit.

Les-Cornouailles.jpg

Rédigé par Alicia

Publié dans #Littérature anglaise

Commenter cet article

Retsig 16/07/2010 17:23



Amour, Amour quand tu nous tiens !!! La passion amoureuse est rarement un long fleuve tranquille ; chutes, rapides et cascades en parsèment le cours et ce quasiment sans fin.



Alicia 21/07/2010 21:37



La passion à ceci de mauvais qu'elle entraine les individus peu méfiants à des déséquilibres qui les rendent malheureux. Mais hélas, on ne peut pas grand chose à
cela!


A très bientôt Retsig!



sybilline 23/06/2010 20:21



Ton article me donne très envie d'aborder cet auteur.. J'aime tes choix de lecture toujours centrés sur une grande profondeur psychologique



Alicia 18/07/2010 15:22



C'est le seul livre que j'ai lu de cet auteur, mais il m'a plu.


Bien à toi Sybilline et à bientôt!