Le voyage dans le passé de Stéfan Zweig.

Publié le 18 Août 2012

      Un homme et une femme, profondément amoureux l'un de l'autre, se trouvent séparés par les circonstances de la vie. pour une très longue période. La communication étant impossible entre eux dans ces conditions, un silence profond s'installe, qui creuse à leurs dépens un fossé infranchissable. A leurs retrouvailles, bien des années plus tard, ils ont, l'un comme l'autre du mal à se retrouver, à se reconnaître.  Pourtant, ils sont convaincus qu'ils s'aiment toujours, que l'amour est toujours là, puisqu'ils éprouvent toutes sortes d'émotions en présence l'un de l'autre.

    Mais dorénavant il-y-a un malaise dans leurs rapports, un malaise qu'ils ont du mal à définir. Puis peu à peu, ils prennent conscience que leurs relations sont  faussées, parce que la situation a changé, qu'eux ont changé, parce qu'ils ont vécu chacun leur propre vie sans y faire participer l'autre. Or, l'amour se nourrit de partage, de pensées et de regards échangés, du coeur ouvert l'un envers l'autre. 

     Stéfan Zweig relève la part que peut avoir l'imagination dans une telle histoire. En effet le jeune homme vit sa vie la-bas dans ce pays étranger, il est pris par son travail et ses nouvelles relations, et forcément, il "oublie" son amour.

    Pourtant au retour, il est persuadé qu'il aime toujours cette femme. Mais n'est-ce pas une illusion?  Il vit sur ses sentiments d'autrefois, ne réalisant pas que ses derniers ne peuvent qu'avoir changé, trop de choses s'étant interposées entre lui et son amour.

        Extrait: "Il n'est pas dans la nature humaine de vivre solitaire, de souvenirs et, de même que les plantes, et tous les produits de la terre, ont besoin de la force nutritive du sol et de la lumière du ciel (--- ainsi, les rêves eux-mêmes, même ceux qui semblent éthérés, doivent se nourrir d'un peu de sensualité, être soutenus par de la tendresse et des images, sans quoi leur sang se fige et leur luminosité pâlit."

 

Voyage-dans-le-passe.jpg

Rédigé par Alicia

Publié dans #Littérature autrichienne

Commenter cet article

dourvac'h 15/08/2013 20:40

L'illusion du sentiment amoureux, la tromperie à fleur d'humain, l'échec étaient quelques-uns des thèmes de "La pitié dangereuse", merveilleux et terrible roman de Stefan Zweig (l'un des 3 qu'il a pu mener à terme - contrairement à Franz Kafka) ; la nouvelle "Le voyage dans le passé" est donc construit sur les faux semblants et à nouveau le sentiment de l'échec... mais aussi la nostalgie ! Les personnages, toujours si denses, attachants, ambivalents, riches, subtils, imprévisibles - tant de raisons d'aimer l'Oeuvre de Stefan Zweig... et la qualité de son "chant" personnel (sa langue) - quelque chose qui se construit et s'invente à chaque ligne... Connais-ty dans le recueil "Wondrak" l'exceptionnellement belle et poignante nouvelle "La scarlatine" ? Jamais le personnage d'une nouvelle (de 1908, je crois) n'a pris en peu de lignes une telle épaisseur - un simple étudiant venu à Vienne depuis sa campagne...

Alicia 21/08/2013 16:32

Je viens juste de voir ton commentaire car je ne me rends pratiquement plus sur over-blog, entendu que j'ai récemment déménagé mon blog sur une nouvelle plate-forme.
J'ai aimé cette oeuvre à cause de son réalisme et de sa justesse. Je ne connais pas du tout "La Scarlatine", mais un grand merci Douvac'h de me l'avoir signalée, je la mets dans ma pal.
A bientôt de tes nouvelles sur "Ma promenade"

Lilly 20/02/2013 21:23


J'avais apprécié sur le coup, mais avec le recul, je m'en souviens à peine...

Alicia 21/02/2013 20:12



J'ai beaucoup aimé et lirai sans doute à nouveau cette oeuvre.


Merci Lilly pour ton passage.