Une double famille d'Honoré de Balzac

Publié le 8 Septembre 2007

     Balzac souligne dans cette histoire l'effet pervers du fanatisme religieux.

    Le jeune comte de Granville se laisse persuader par son père, d'épouser Angélique Bontems, une amie d' enfance fortunée. Séduit par son beau physique, il ne prend pas le temps d'observer plus profondément le caractère de sa future. Or, cette dernière, élevée très strictement dans le religion est une incorrigible dévote, et prétend faire vivre son mari de la même manière qu'elle. Mais tout ce qui est fait de lois, de réglementations tue les sentiments, ne permet pas à l'amour de s'exprimer, mais au contraire, l'étouffe. Cette femme comprendra l'amour pour son mari uniquement comme un devoir envers lui et en exclura toutes les émotions. Sous prétexte de le préserver des foudres de l'enfer, elle ne lui accordera rien des plaisirs et joies de ce monde. Exaspéré, le jeune comte se tournera vers une jeune femme aimante, douce, amoureuse qui saura répondre à son attente.

 Extraits.
      "Les jeunes gens, ne sont-ils pas tous disposés à se fier aux promesses d'un joli visage, à conclure de la beauté de l'âme par celle des traits? un sentiment indéfinissable les porte à croire que la perfection morale concorde toujours à la perfection physique."

    "Quand tu te marieras, reprit le comte,. . . n' accomplis pas légèrement cet acte, le plus important de tous ceux auxquels nous oblige la société. Souviens-toi d'étudier longtemps le caractère de la femme (de l'homme) avec laquelle tu dois t' associer; . . . Le défaut d'union entre deux époux, par quelque cause qu'il soit produit, amène d' effroyables malheurs:"

Rédigé par Alicia

Publié dans #Classiques français

Commenter cet article

Rébecca 13/09/2007 20:58

Hello ! Me voilà de retour ! Petit à petit je vais reprendre la rédac' de mon blog...A bientôt de vous lireN'oubliez pas que pour ne louper aucun article il suffit de s'inscrire à la newsletter qui est gratuiteAmitiéRébecca