Belles Lettres

Publié le 19 Mars 2007

Proposées par Christelle.

    Madame de Sévigné est profondément chrétienne; elle pratique l' examen de conscience et les lectures pieuses.
    Dans cette lettre à sa fille, abordant le grand sujet des fins dernières de l' homme, sans nuire à sa gravité, elle lui imprime ce tour vif et primesautier qui lui est propre. Et comme elle est humaine dans son humilité sans raideur !

   
Vous me demandez, ma chère enfant, si j' aime toujours bien la vie. Je vous avoue que j' y trouve des chagrins cuisants; mais je suis encore plus dégoutée de la mort: je me trouve si malheureuse d' avoir à finir tout ceci par elle que, si je pouvais retourner en arrière, je ne demanderais pas mieux. Je me trouve dans un engagement qui m' embarrasse : je suis embarquée dans la vie sans mon consentement; il faut que j' en sorte, cela m' assomme; et comment m' en sortirai-je? Par oû? Par quelle porte? Quand sera-ce? En quelle disposition? Souffrirai-je mille et mille douleurs, qui me feront mourir désespérée? Aurai-je un transport au cerveau? Mourrai-je d' un accident? Comment serai-je avec Dieu? Qu'aurai-je à lui présenter? N' aurai-je aucun autre sentiment que celui de la peur? Que puis-je espérer? Suis-je digne du paradis? Suis-je digne de l' enfer? Quelle alternative ! Quel embarras ! Rien n' est si fou que de mettre son salut dans l' incertitude; mais rien n' est si naturel et la sotte vie que je mène est la chose du monde la plus aisée à comprendre.
    Je m' abime dans ces pensées et je trouve la mort si terrible que je hais plus la vie parce qu' elle m' y mène, que par les épines qui s' y rencontrent.
    Vous me direz que je veux vivre éternellement. Point du tout ; mais si on m' avait demandé mon avis, j' aurais bien aimé à mourir entre les bras de ma nourrice ; cela m' aurait ôté bien des ennuis et m' aurait donné le Ciel bien sûrement et bien aisément..

                      A Paris, mercredi 16 mars 1672

Rédigé par Alicia

Publié dans #Lettres

Commenter cet article

Valentine :0056: 26/03/2007 18:51

Comme tout cela est bien vrai !

Alicia 13/05/2008 15:31


Ce qui m'a plu dans cette merveilleuse lettre, c'est qu'elle montre bien la fragilité de l'être humain. En effet, quoique l'on ait été, (quelqu'un de célèbre ou non),
quoique l'on ait fait (de grandes ou de petites choses), la peur nous saisit à l'approche du grand départ, et ce n'est pas sans appréhension que nous l'abordons.