Vingt-quatre heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig

Publié le 28 Juillet 2009

 Nous sommes au début des années 1900 à Monte-Carlo. Toute la société bourgeoise de l'hôtel, est scandalisée par le comportement de madame Henriette qui, sur un coup de tête est partie avec un jeune homme inconnu, abandonnant ainsi toute sa famille.
     Seul le narrateur tente d'expliquer le drame, et à sa grande surprise, une femme âgée, des plus distinguées se met à lui conter sa propre histoire, celle qu'elle a vécue bien des années auparavant.
     Tout comme madame Henriette, madame C a été saisie d'une grande passion pour un jeune homme qu'elle avait rencontré au Casino.

     Bouleversée par la détresse de cet homme énigmatique et désirant éviter une terrible catastrophe, elle le suit dans une intention tout à fait louable, pour lui porter secours, mais se trouve entrainée malgré elle dans une situation inouie, pour une femme de sa condition. Plus tard, réalisant pleinement l'horreur de son acte, honteuse, elle décide de prendre la fuite, mais se penchant une dernière fois sur le jeune homme, elle lui trouve un air des plus aimables. Convaincue alors du bien-fondé de son aide, elle décide sans plus d'hésitation d'aller jusqu'au bout de son action, et l'hommage de cet homme reconnaissant, l'émeut profondément. Elle réalise alors à cet instant que son attirance pour ce jeune homme est bien plus intense qu'elle ne croyait et le mépris de cet homme la blesse extrèmement.

    Ce que j'en pense: Comme toujours, Stéfan Zweig nous fait vivre intensément la vie  de ses personnages et nous entraine dans le tourbillon de leurs émotions exacerbées.
    J'ai beaucoup aimé.

Extrait.

    "Pourquoi le dissimuler? Je ne résistai pas à ce regard. La gratitude rend heureux parce qu'on en fait si rarement l'expérience tangible; la délicatesse fait du bien, et, pour moi, personne froide et mesurée, une telle exaltation était quelque chose de nouveau, de bienfaisant et de délicieux."

Rédigé par Alicia

Publié dans #Littérature autrichienne

Commenter cet article

anjelica 12/08/2009 12:00

Ce livre m'attend dans ma PAL ...

Alicia 12/08/2009 14:46


Angélica, je te souhaite bonne lecture et merci pour ta visite.
A bientôt!


Nanne 08/08/2009 17:25

Je crois que je me lasserai jamais de l'écriture poétique de cet auteur que j'admire tant, Alicia ... Chacun de ses romans est un hommage à la vie et aux hommes ! Zweig avait un sens de la psychologie incroyable. Il te faut lire "Le joueur d'échecs", si tu ne l'as pas encore fait !

Alicia 09/08/2009 17:55


Il est dans mes projets de lire "Le Joueur d'échecs" dont j'ai entendu parler à maintes reprises.  Moi aussi, Nanne, je ne me lasse pas de Stéfan Zweig,
Il nous entraine dans une reflexion si profonde!


dourvac'h 05/08/2009 18:31

Un auteur qui s'applique à suivre la vie merveilleuse des sentiments humains... c'était aussi le pari du si fin Henry James et - pour certains de ses romans-poèmes précoces (tels "Aline") ou plus tardifs (tels "Adam et Eve")- celui de C.-F. Ramuz... Le style de Stephan Zweig semble être à la hauteur de son enjeu... explorer une âme humaine...

Alicia 06/08/2009 14:00


Il est admirable.
Amicalement et à très bientôt, Dourvac'h


silvi 31/07/2009 13:22

excellent roman

Alicia 02/08/2009 11:33


Tout à fait, bien que ce ne soit pas mon roman préféré.
Merci pour ta visite Silvi et à très bientôt!