Les Rois Maudits de Maurice Druon

Publié le 1 Mai 2006

      Conscience 

 

    Philippe V, fils de Philippe le Bel est à la veille de son sacre.  S' il succède à son frère Louis X, et à son neveu, fils de ce dernier, c'est parce que ceux-ci ont été sauvagement assassinés. Il se trouve à la cathédrale pour y méditer, entouré des pairs de France, des membres de la famille royale, de l'archevèque de Reims. . . tous des gens intéressés.

    "Il s' assit un moment, mais non sur le trône royal; une crainte superstitieuse lui défendait de l' occuper déjà. "Demain. . .demain je serai vraiment roi ". Il pensait à son père, à la lignée d' aieux qui l' avaient précédé en cette église; il pensait à son frère, supprimé par un crime dont il était innocent mais dont tout le profit maintenant lui revenait ; il pensait à l' autre crime, celui commis sur l' enfant, qu'il n' avait pas ordonné non plus mais dont il était le complice muet. . .

    " Sont - ils tous à ma semblance, criminels s'ils en avaient l' occasion, innocents seulement d' apparence, et prêts à se servir du mal pour accomplir leur ambition ? Pourtant lorsque j' étais à Lyon, je n' avais que des voeux de justice. Est - ce bien sur? "

   " Il se jugeait lucidement, tel qu' il était : un mauvais homme avec les dons d' un très grand roi.
Il n' avait pas sommeil, il fût resté volontiers là, longtemps encore, à méditer sur lui - même, sur l' humaine destinée, sur l' origine de nos actes, et à se poser les vraies grandes questions du monde, celles qui ne peuvent jamais être résolues. "

  La Loi  des Mâles

 

Philippe-V.jpg

Rédigé par Alicia

Publié dans #Littérature française

Commenter cet article