L'étranger

Publié le 7 Décembre 2008

.-
- Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère ?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
- Tes amis ?
- Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie ?
- J'ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté ?
- Je l'aimerai volontiers, déesse ou immortelle.
- L'or ?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages!

 
Charles Baudelaire
Le spleen de Paris
Petits poèmes en prose.

.ciel-et-nuages.jpg
 

Rédigé par Alicia

Publié dans #Poèmes

Commenter cet article

denis 19/12/2008 22:47

L'étranger me fait immédiatement penser à albert Camusqu'en pensez-vous?denis

Alicia 21/12/2008 14:34


Je suis tout à fait d'accord avec vous Denis, et merci pour votre passage sur mon blog.
A très bientôt!


Nanne 09/12/2008 18:12

Rêver que l'on est dans les nuages tous les jours, serait-ce cela le vrai et l'unique bonheur ? Peut-être ...

Alicia 12/12/2008 08:40


Pouquoi pas ? Quand on est dans l'amertume, il est bon de lever les yeux vers l'immensité du ciel qui peut apporter un cerain apaisement.!
Bien à toi


sybilline 08/12/2008 09:13

Pauvre Baudelaire qui a eu le rêve, mais ni l'amitié ni l'amour...

Alicia 12/12/2008 08:32


Toumenté comme tant d'autres...
A bientôt!