La symphonie pastorale d'André Gide

Publié le 12 Septembre 2008

 André Gide a reçu le Prix Nobel de littérature, il est décédé en 1951.

    Un pasteur ramène chez lui une jeune fille aveugle et entreprend de l'éduquer pour l'amener à la vie véritable. Or, Gertrude se révèle intelligente, douce et docile. Le temps passant, à leur insu, un lien plus profond se tisse entre le maitre et l'élève. Le pasteur ne s'en aperçoit pas, convaincu qu'il est d'accomplir une bonne action, et de devoir s'occuper de cette jeune fille, de son âme en particulier. Mais la présence de Gertrude gène Amélie, l'épouse du ministre, qui voit très bien que son mari s'attachant trop à son élève, s'éloigne d'elle et délaisse sa famille.

      On fait forcément la comparaison entre les deux femmes: l'une pratiquement sans défauts,( mais on prend soin de lui cacher beaucoup de choses désagréables), l'autre, amère, aigrie, jalouse, mais ces réactions sont compréhensibles.
    Le comportement de l'éclésiastique est discutable, car bien que s'appuyant sur les textes bibliques, y trouvant prétexte, croyant bien faire, son action envers Gertrude, que l'on pourrait qualifier de bonne, ne l'est pas en réalité, puisque ce faisant il est amené à mépriser sa femme.
    Gertrude, que j'ai trouvée quelques fois agaçante de trop de perfection, se rend compte de la souffrance d'Amélie, et l'on s'aperçoit finalement, que l'aveugle n'est pas celui qu'on croit.

Extraits

    "-Je te l'ai dit, Gertrude: ceux qui ont des yeux sont ceux qui ne savent pas regarder."

Rédigé par Alicia

Publié dans #Classiques français

Commenter cet article

Shayan 11/11/2008 06:18

Bonjour Alicia,La Porte Etroite a traîné pendant 3 mois sur ma table de chevet. Il y a une semaine, n'ayant rien d'autres à lire (je passe beaucoup de temps au Texas, où la littérature française est inexistante), je me suis mis à lire ce chef d'oeuvre.Et bien il m'a bouleversé. Pour des centaines de raisons que je ne saurais complètement définir.Mais au delà de toutes les fibres que cette histoire peut toucher chez les uns et les autres, je suis particulièrement sensible à la perfection dans la description des sentiments humains.
J’étais déjà fan des Nourritures Terrestres, je suis profondément ému et malheureusement secoué par cette histoire normande. J’en ressens presque les parfums et la brise du vent.
Un livre d’il y a un siècle garde, et justifie ainsi sa définition d’œuvre d’art, un potentiel d’emprise sur le lecteur.
 
En outre, Alicia, merci pour votre blog.

Alicia 11/11/2008 10:56


Bonjour Shayan
   
    Merci beaucoup pour votre passage sur mon blog et votre intérressant commentaire.
André Gide fait partie de ces excellents écrivains qui peuvent être lus et relus sans qu'on s'en lasse. Il y a toujours quelque chose à découvrir dans les histoires qu'ils content. Dans "La
symphonie pastorale", j'ai beaucoup aimé la poésie qui s'en dégage.
    Si vous aimez la description des sentiments humains, Marcel Arland est très bon aussi.

Bonne journée et à bientôt.



Nanne 23/09/2008 16:12

Je n'ai jamais lu ce livre de Gide, Alicia, par contre je me souviens très bien de ce film magnifique avec Michelle Morgan ;-) Un très beau souvenir de cinéma ...

Alicia 27/09/2008 18:14


Nanne, je n'ai pas vu le film, peut-être à l'occasion?



sybilline 17/09/2008 12:28

Il me semble, bien que je n'ai pas lu ce roman, en avoir vu une version filmée. Dans le film, l'accent était mis sur la duplicité et l'hypocrisie du prêtre et on y sentait cette vérité que "l'enfer est pavé de bonnes intentions".

Alicia 19/09/2008 10:56


Pour moi, le pasteur n'est pas hypocrite, mais il s'est laissé piéger par ses sentiments d'amour envers Gertrude, touché par son caractère doux et patient, et désirant
s'en faire aimé en retour, la vie qu'il menait avec sa femme ne lui plaisant plus. L'arrivée de Gertrude dans son univers lui a apporté quelque chose qu'il désirait inconsciemment tout au fond de
son coeur. L'amour de son fils Jacques pour la jeune fille lui a révélé ses sentiments, toutefois, il a refusé de le reconnaître raisonnablement.
A très bientôt.