Le bruit des trousseaux de Philippe Claudel.

Publié le 29 Mai 2008

     Philippe Claudel, agrégé de français, a donné des cours à des prisonniers pendant une dizaine d'années. Dans ce petit livre, il décrit la vie des détenus qui ressemble ni plus ni moins qu'à une petite mort. Leur quotidien est fait d'attente, de disputes, de violence, d'humiliations en tous genres, de maladie, de dépression; la surpopulation et l'oeilleton sur les portes, qui ne permettent pas la moindre intimité... Toujours surveillés, toujours sous le regard de l'autre, le moindre geste épié, le plus faible victime du plus fort... C'est l'endroit où chacun est en passe de perdre sa dignité et se bat pour la conserver car sans elle l'individu n'est plus rien.

 

Extraits.
   " On ne devrait pas dire "gardien de prison": les prisons ne sont pas à garder, ce ne sont pas elles que l'on garde. On devrait plutôt dire "gardien d'hommes", ce qui serait plus proche de la réalité. Gardien d'hommes, un drôle de métier."

   " L'oeilleton sur les portes des cellules qui permet de voir, sans jamais être vu. Le détenu entendait le bruit du cache métallique qu'une main faisait glisser et apercevait un oeil qui l'observait. Il pouvait très bien ne jamais savoir à qui appartenait cet oeil. C'était le regard autorisé, simplement, qui reléguait la notion d'intimité dans les pages des dictionnaires."
   

Un livre qui donne à réfléchir sur ce qui se passe dans ces lieux de misère.


Rédigé par Alicia

Publié dans #Littérature française

Commenter cet article

Nanne 16/06/2008 22:04

J'aime beaucoup Philippe Claudel. Je connaissais ce livre, mais je ne l'ai pas encore lu. Par contre, je te conseille fortement "Le café de l'Excelsior", absolument magique et d'une écriture superbe.

LAURENCE 06/06/2008 15:05

Bonjour,J'ai parcouru ton blog littéraire. C'est un blog superbe. Je te félicite et surtout ne change rien. Merci pour ces livres que tu prends le temps de lire et résumer. Que cela puisse éveiller le désir à se lancer dans la lecture d'un de ces livres.Encore Bravo! Oublie ce que j'ai dit... Merci

Alicia 07/06/2008 15:19


Merci beaucoup Laurence pour ta gentille visite et tes encouragements, cela fait toujous plaisir de constater que l'on ne se donne pas de mal pour rien.
A très bientôt!


sybilline 30/05/2008 21:35

Un superbe livre où Claudel montre, une fois de plus, sa sensibilité , sa tendresse envers les hommes qui souffrent et sa compassion