Aux jeunes soldats morts.

Publié le 23 Février 2008

                                                                                                Émile Verhaeren

Vous ne reverrez plus les monts, les bois, la terre,
Beaux yeux de mes soldats qui n'aviez pas vingt ans
Et qui êtes tombés en ce dernier printemps
Ou plus que jamais douce apparut la lumière.

On n'osait plus songer aux champs d'or
Que l'aube a revêtu de sa gloire irisée;
Seule, la sombre guerre occupait la pensée
Quand, au fond des hameaux on apprit votre mort.


Depuis votre départ, à l'angle de la glace,
Votre image attirait et le cœur et les yeux;
Et nul ne s'asseyait sur l'escabeau boiteux
Où tous les soirs, près du foyer, vous preniez place.

Hélas, où sont vos corps jeunes, puissants et fous?
Où vos bras et vos mains, et les gestes superbes
Qu'avec la grande faux vous faisiez dans les herbes ?
Hélas, la nuit immense est descendue sur vous.
(...)

                                                                       (in Les ailes rouges de la guerre).

 

 

Rédigé par Alicia

Publié dans #Poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Rébecca 23/02/2008 18:11

Coucou ! Me vla deretour!Lentement mais surement après pas mal de soucis,mais ça va mieux...J'espère que tu vas bienBisous God blessP.S Viens découvrir une assos' et ptète un ptit mot sur son livre d'or...?