La Pitié Dangereuse de Stefan Zweig

Publié le 16 Septembre 2007

     Anton Hofmiller, jeune lieutenant dans l'armée autrichienne, invite, lors d' une soirée dans un superbe château la jeune fille de la maison, ignorant que celle-ci est paralysée. Epouvanté par ce qu'il vient de faire, et poussé par une irrésistible pitié, il cherche à réparer le mal qu'il a commis en entretenant des relations suivies avec cette jeune infirme. Mais de fil en aiguille, ce sentiment de pitié qu'il est incapable de contenir, l'entraîne de plus en plus loin, si loin qu'il se trouve finalement dans une situation inextricable et douloureuse.
    Stefan Zweig soulève ici le côté pervers de la pitié qui, si elle n'est pas maîtrisée, peut faire plus de mal que de bien. La pitié est un sentiment qui nous étreint à la vue de la souffrance d'autrui, mais qui reste stérile, contrairement à la compassion qui nous pousse à un engagement réfléchi vis à vis du malade, en vue de lui venir en aide .


        Extraits :
  " Il y a deux sortes de pitié. L'une, molle et sentimentale, qui n'est en réalité que l'impatience du coeur de se débarrasser le plus vite de la pénible émotion qui vous étreint devant la souffrance d'autrui, qui n' est pas du tout la compassion, mais un mouvement instinctif de défense de l'âme contre la souffrance étrangère. Et l'autre, la seule qui compte, la pitié non sentimentale mais créatrice, qui sait ce qu'elle veut et est décidée à persévérer jusqu'à l' extrême limite des forces humaines."
   

    "Ecoutez moi, lieutenant. Il n'est jamais bon de faire et de dire les choses à demi. C'est de cela que vient tout le mal qu'il y a sur terre."
   

Rédigé par Alicia

Publié dans #Littérature autrichienne

Commenter cet article

sybilline 11/05/2008 16:58

J'adore Zweig et ce roman est une lente progression vers le ravage d'une pitié qui est proche de la lâcheté

Alicia 11/05/2008 20:00


Heureuse de ton petit passage sur mon blog Sybiline.
Zweig est génial.
J'aime bien ton analyse: "pitié proche de lâcheté", c'est tout à fait çà.


papillon 23/09/2007 13:19

Joli commentaire de ce roman que j'avais adoré ! Stefan Zweig est vraiment un grand, grand auteur, qui ne dit que des très justes.

Alicia 20/09/2007 20:05

Merci, Nanne pour ton passage et ton encouragement. Stéfan Zweig est un de mes auteurs préférés, je le trouve très fin et très pointilleux dans ses descriptions de l' âme humaine. Je prends note de ta suggestion, d' autant plus que je ne connais pas l' auteur dont tu me parles.    A bientôt

Nanne 18/09/2007 20:58

Bravo pour avoir présenté ce sublime roman de Stephan Zweig qu'est "La pitié dangereuse". J'aime beaucoup cet auteur autrichien, sensible, à l'écriture poétique. Ce livre n'est pas sans rappeler un autre auteur autrichien, Arthur Schnitzler et son "Vienne au crépuscule" sur les sentiments amoureux et la cruauté qu'ils peuvent entraînés. Je te le recommande.

Alicia 09/05/2008 17:10


Merci Nanne pour ton passage et ton encouragement. Stéfan Zweig est un de mes auteurs préférés. Je le trouve trés fin et extrêmement pointilleux dans les descriptions
qu'il fait de l'âme humaine. Je prends note de ta suggestion, d'autant plus que je ne connais pas l'auteur dont tu me parles.
A très bientôt