La grande peur dans la montagne

Publié le 13 Décembre 2020

Charles-Ferdinand Ramuz 1878-1947

Superstition.

Sasseneire est un pâturage situé à 2300 mètres d'altitude. C'est un très bon pâturage pourvu d'une très bonne herbe. Mais il est délaissé depuis une vingtaine d'années à cause d'une histoire quelque peu floue que les vieux racontent dans le village. Il parait que ce pâturage est maudit, et qu'il arrive malheur à tous ceux qui y montent pour faire pâturer leurs bêtes.

Cependant le maire ne l'entend pas de cette oreille et décision est prise au conseil municipal, de l'utilisation de cet espace.  Huit hommes se portent donc volontaires, des hommes courageux qui ne croient pas à cette fable.

Joseph est l'un de ces hommes qui monte au pâturage. Il est fiancé à Victorine qui l'attend dans le village.

Au début tout se passe bien. Et tout à coup la maladie commence à atteindre quelques vaches. Il s'agit d'une maladie très contagieuse qui touche même les hommes. Au village les gens attrapent la grande peur et interdisent aux bouviers de revenir au village. Ces derniers se retrouvent complètement isolés et dorénavant, n'ont pas d'autre tâche que d'abattre les bêtes au fur et à mesure que la maladie les atteint et de lutter contre la mort qui s'avance. Mais plus le temps passe, plus le courage abandonne ces paysans, car ils prennent conscience de leur situation dramatique qui les entraine inexorablement vers le gouffre.

Ce que j'en pense: L'histoire est menée d'une façon subtile. Le lecteur raisonnable ne croit pas à toute cette diablerie mais l'auteur insinuant un monde surnaturel, il est obligé de constater, que les prédictions se réalisent: la maladie, l'issue fatale de cet évènement... Il s'interroge: "Y a t-il vraiment quelque chose ou sont- ce les hommes qui, inconsciemment, provoquent l'évènement?" . Car ce que nous croyons c'est ce qui nous arrive. Même si ces hommes ne croyaient pas à cette histoire ils en subissaient à leur insu l'influence néfaste; à cause probablement des doutes qu'ils ne pouvaient s'empêcher d'avoir au plus profond d'eux-mêmes, les vieux insistant fort sur le phénomène paranormal. En fait des accidents surviennent tout le long de l'histoire, mais simplement dus à de l'imprudence et à la désobéissance civile.

L'histoire est intéressante à lire, mais j'avoue avoir du mal avec le style d'écriture de Ramuz qui répète sans arrêt, sous une autre forme ce qu'il a déjà dit. Je trouve cela un peu pesant. Toutefois c'est le seul livre que j'ai lu de cet auteur...

Aujourd'hui le monde entier est touché par la Covid 19. Nous trouvons dans cette histoire tous les éléments que nous vivons, à commencer par la peur.

Extrait: Ils commençaient une nouvelle nuit, et le pire moment de la journée était toujours pour eux ces commencements de la nuit. Ils ont entendu meugler les bêtes dont il y avait de nouveau plusieurs qui venaient d'être atteintes par la maladie, et le troupeau ayant été poussé par eux pour la nuit sous la roche, et là meuglaient les bêtes malades qu'ils ne prenaient plus la peine d'isoler, ayant vu que la précaution ne servait à rien.

Dans les Pyrénées

Charles- Ferdinand Ramuz était non seulement romancier, mais aussi essayiste et poète.

Rédigé par Alicia

Publié dans #Littérature suisse.

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Claude 10/01/2021 18:36

Bonjour,
ah, j'ai reconnu la face nord du Taillon, la Fausse brèche et le Doigt !
Un de mes lieux pyrénéens de prédilection bien sûr, je connais deux des sommets pour les avoir faits plusieurs fois : Taillon et Casque.

Découvert il y a peu j'apprécie beaucoup Ramuz, j'ai lu La grande peur et Derborence, et aussi les trois qui figurent ici :
http://chansongrise.canalblog.com/archives/00_bibliotheque/index.html

Un style unique qu'il faut savoir apprécier - mais qui peut déconcerter tant il est unique.
Il me reste à lire "La beauté sur la terre", que je me réserve pour un moment de choix.

Alicia 11/01/2021 17:01

Bonjour Jean-Claude
Je vois que tu connais bien les Pyrénées et sans doute aimes-tu la montagne. Je l'aime aussi beaucoup, c'est tellement grandiose et majestueux, un endroit propice à la méditation.
Merci pour tes propositions de lecture. Passe une bonne soirée.

GirlyMamie 30/12/2020 11:27

C'est drole... je n'avais pas encore pris connaissance de ton article quand j'ai publié ma nouvelle sur le thème de Ramuz ! Quelle coincidence !