La Terre Chinoise.

Publié le 16 Novembre 2020

Pearl Buck (1882-1973)

La terre, la bonne terre qui produit abondamment et qui nourrit son homme. C'est elle la véritable héroïne de ce bon roman qui nous raconte la vie des paysans en Chine au XIXe siècle.

Wang Lung aime la terre et reconnait tous ses bienfaits. Pour lui c'est certain on ne peut pas s'en passer, elle est étroitement liée à l'homme. Toutefois il a besoin d'une épouse qu'il va chercher dans la Grande Maison, celle des riches, où O-len est esclave. O-len est laide mais peu importe, son rôle premier est de procréer, des fils de préférence, les filles ne valant rien, ne sont pas considérées. Après trois fils Olen donne le jour à une fille et dit:" C'est terminé encore une fois. Ce n'est qu'une petite esclave, ce coup-ci...cela ne vaut pas la peine d'en parler. Wang Lung resta muet. Il eut le sentiment d'un malheur. une fille!"

Wang Lung travaille assidument sa terre et la fait fructifier; l'argent entre dans la maison et tout va pour le mieux. Malheureusement les dieux cessant d'être favorables, une sécheresse survient entrainant une terrible famine. Wang Lung est obligé de partir à la ville pour ne pas mourir de faim lui et sa famille. Il trouve un travail pénible tandis que Olen et ses enfants n'ont pas d'autre choix que de mendier. "Moi et les enfants nous pouvons mendier et le vieux aussi. Ses cheveux gris toucheront peut-être ceux qui ne me donneraient pas."

De retour dans sa chère terre qu'il a agrandie au fils du temps, en achetant petit à petit des parcelles, il doit faire face à une invasion de sauterelles puis à une énorme inondation. "Durant toute la fin du printemps et le début de l'été l'eau monta et elle finit par s'étaler comme une grande mer, riante et paresseuse, reflétant les nuages et la lune, les saules et les bambous aux troncs submergés."

Puis ses fils devenus adultes ne suivent pas le chemin de la paysannerie. En effet Wang Lung a cru bon de faire d'eux des lettrés, alors, pour eux, mettre leurs belles mains dans la terre et devenir de vrais rustres...

Devenu un riche  propriétaire foncier et possédant une main d’œuvre de choix, Wang Lung se permet de prendre une deuxième épouse, ce qui n'est pas du goût d'O-len qui se défend en faisant remarquer à son mari qu'elle ne mérite pas un tel traitement car elle lui a engendré des fils, qu'elle l'a puissamment secondé dans son labeur et qu'elle a contribué dans une large part à la prospérité du domaine. Mais Wang Lung ne voit rien de tout cela; à ses yeux O-len n'est jamais qu'une femme à son service, qu'il utilise comme un objet et dont la laideur le répugne. O-len use donc de différents stratagèmes pour rendre la vie impossible à l'autre et de ce fait Wang Lung n'ayant pas la paix chez lui, est obligé de trouver des solutions d'arrangement: . Finalement" les deux femmes prirent chez lui leurs places respectives. Lotus était son jouet et son amusement et satisfaisait son désir de beauté; O-len était sa femme de travail et la mère qui avait engendré ses fils et qui tenait son ménage et le nourrissait ainsi que son père et ses enfants."

Le temps passant Wang Lung, vieillissant, afferme ses terres, et se contente d'en récolter le produit. Il s'installe avec sa famille dans la grande maison des riches dans laquelle, jeune, il avait pénétré, honteux et confus. Cela le réjouit mais ce n'est pas pour autant que sa recherche de paix sera satisfaite; car il devra constamment régler les conflits et les fantaisies de sa nombreuse progéniture.

Ce que j'en pense: Wang Lung est un personnage intéressant. Certes on n'apprécie pas son comportement envers la pauvre O-len, qu'il pleure tout de même à sa mort, mais son amour de la terre, la connaissance qu'il en a, sa pugnacité au travail, font de lui un homme dont on aime suivre l'évolution.

L’œuvre, publiée en 1931, est prenante et donne envie de lire la suite: "Les fils de Wang Lung" et "La famille dispersée"

 

Rédigé par Alicia

Publié dans #Littérature américaine

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GirlyMamie 07/12/2020 11:12

Tout à fait d'accord avec ce que tu dis à Jean-Claude. Pearl Buck est hélas aujourd'hui classée dans les "romans à l'eau de rose", alors que ce n'est pas du tout ça. Elle décrit parfaitement la vie de la Chine au début du XXe siècle, la condition des femmes, celles des pauvres, celle des domestiques. On y apprend beaucoup de choses.

Alicia 09/12/2020 10:04

Tout à fait vrai GirlyMamie

Jean-Claude 27/11/2020 10:14

Bonjour Alicia,
j'ai pas lu Pearl Buck, et ton compte-rendu de lecture m'y incite, d'autant que je m'intéresse à la Chine et à l'extrême orient.
Merci.

Alicia 27/11/2020 17:19

Bonjour Jean-Claude
Je t'encourage vraiment à lire cet auteur qui raconte la Chine sous toutes ses facettes. C'est à la fois instructif et distrayant, avec quelque fois une pointe humoristique. Cela m'étonnerait que tu sois déçu.
Bien à toi.