Thérèse Raquin

Publié le 9 Octobre 2020

Émile Zola

Thérèse Raquin, jeune femme d'une vingtaine d'années, vit avec sa tante et Camille, son cousin, être malingre et maladif, couvé par sa mère. L'ambiance de la maison l'oblige à une grande retenue, alors qu'à l'intérieur d'elle-même, bouillonne une vie abondante.  Elle épouse Camille, mais le mariage est morne et sans intérêt, sans passion.

Surgit Laurent, un ami de Camille, un homme fort et viril. Laurent et Thérèse deviennent amants et s'enfoncent dans une sexualité débridée comme des brutes, sans sentiments, sans réfléchir. Sa liaison oblige Thérèse à une grande hypocrisie et à un mensonge constant car il ne faut surtout pas que la tante se doute de quelque chose. Thérèse lui doit tout. Les choses vont ainsi pendant quelque temps, mais arrive le jour où les amants ne se satisfont plus de cette situation. Il leur faut plus, ils songent au mariage, et tuent Camille pour arriver à leurs fins; convaincus qu'ils sont, que débarrassés de cet homme, ils pourront vivre leur amour en toute tranquillité. Mais rien ne se déroule comme ils le pensaient. Après le crime, ils sont tout d'abord, saisis d'une grande peur d'être découverts, ce qui les contraint à être continuellement sur leurs gardes, à dissimuler, à jouer une atroce comédie devant les autres, devant la tante. Et puis surtout ils sont pris d'horribles cauchemars. Pour se libérer de cette souffrance atroce qui les tenaille, ils se marient le plus rapidement possible, croyant qu'ensemble ils pourront lutter contre le spectre de Camille qui les hante. Mais ils ont beau faire, Camille est toujours présent, entre eux. Ils essaient alors toutes sortes de stratagèmes pour échapper à la lancinante torture morale, stratagèmes qui vont de la boisson, à la luxure, de la cajolerie à la méchanceté, aux querelles incessantes. La vieille tante, devenue impotente et qui a tout découvert par l'imprudence des deux amants, est prise pour cible. Thérèse ne l'épargne pas. Enfin! ces deux êtres qui, de prime abord, avaient un fond mauvais, deviennent carrément odieux et cruels sous l'impulsion de leurs organismes  détraqués.

On eût dit les accès d'une effrayante maladie, d'une sorte d'hystérie du meurtre.     Sa face se convulsionnait, ses membres se roidissaient; on voyait que les nerfs se nouaient en lui. Le corps souffrait horriblement, l'âme restait absente. Le misérable n'éprouvait pas un repentir;

Thérèse se trouvait, elle aussi, en proie à des secousses profondes.

Lorsque les deux meurtriers se retrouvèrent ainsi face à face, lassés, ayant épuisé tous les moyens de se sauver l'un de l'autre, ils comprirent qu'ils n'auraient plus la force de lutter.

 

Rédigé par Alicia

Publié dans #Classiques français, #Littérature française

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Claude 16/10/2020 17:47

Bonjour Alicia,
Camille est au bout du compte bien plus redoutable mort que vif, chétif de son vivant, mort il est le fantôme sans pitié qui perfore les boîtes crâniennes.
Zola est descendu là dans les profondeurs de l'âme humaine.
J'ai été surpris que le peuple sans distinction ait accès à la morgue en ce temps-là. Ce qui a offert à Zola une excellente occasion d'en narrer la visite.

Un de mes Zola préférés, avec La fortune des Rougon, Le ventre de Paris, L'assommoir et Germinal.

Alicia 17/10/2020 16:32

Bonjour Jean-Claude,
"Camille bien plus redoutable mort que vif" c'est tout à fait ça. Je me suis souvent demandé quels sont les effets psychologiques du crime chez celui qui le commet. Zola décrit fort bien les conséquences désastreuses de l'assassinat.
Quand à la description de la morgue, certes, elle est bien faite mais que c'est laid. Enfin! Zola ne donnait pas dans la dentelle et décrivait le bas monde comme il le voyait. A bientôt Jean-Claude.