Le Calvaire

Publié le 12 Juin 2020

Octave Mirbeau 1848-1917

Œuvre de deux cent vingt-deux pages, dont la publication originale date de 1886 et qui est en partie autobiographique. Écrit à la première personne du singulier, sous la forme d'un journal, le héros, qui est d'un caractère mélancolique, enclin à l'introspection, mais véridique et lucide, y étale ses états d'âme. Ainsi on le suit dans son cheminement intérieur douloureux, dans ses émotions; on a de la sympathie pour lui, on le plaint, on se dit qu'il n'a pas eu de chance, qu'il n'a pas eu de bons parents... Et des fois aussi on a envie de le secouer et de lui dire de réagir... Mais le peut-il?

Jean Mintié est un enfant solitaire, Son père est notaire, et très occupé, Il s'attend à ce que son fils reprenne l'étude comme l'exige la tradition: "Depuis un temps immémorial, cela se passait ainsi chez les Mintié. Il eût semblé monstrueux et tout à fait révolutionnaire qu'un Mintié osât interrompre cette tradition."

La mère de Jean est dépressive et entretient des idées singulières, comme par exemple porter malheur à son fils. C'est la raison qui pousse un jour cette femme à ne plus s'occuper de son enfant, qui sera dès lors élevé par la nourrice. Jean Mintié grandit alors en se renfermant de plus en plus en lui-même. "Les années s'écoulèrent ennuyeuses et vides. Je restais sombre, sauvage, toujours renfermé en dedans de moi-même, aimant à courir les champs...  "Sans être doué de ce don terrible qu'ont certaines personne de s'analyser... je me demandais souvent qui j'étais et ce que je voulais. Hélas! je n'étais personne et ne voulais rien."

A l'âge adulte Jean s'engage à la guerre, celle de 1848 dans laquelle il vit un enfer terrifiant et sinistre.  Plus tard, à la mort de ses parents, il décide de quitter la campagne pour Paris,  Il se met à l'écriture.

Renfermé toujours en lui-même, il n'a qu'un seul ami, un artiste-peintre qui sait l'apprécier et reconnaître chez lui de bonnes qualités morales ainsi qu'une grande profondeur d'esprit. Et c'est dans l'atelier de cet homme qu'il rencontre Juliette, une demi-mondaine dont la beauté l'émeut. Désormais il n'est plus seul, enfin quelqu'un qui l'écoute, à qui il peut parler. Il s'installe avec elle, mais il s'aperçoit quelque temps après que cette demoiselle sotte et frivole, a des goûts prononcés pour le luxe et il lui faut de l'argent, beaucoup d'argent. C'est comme une faim qu'elle ne peut satisfaire.. Alors il paye et paye encore. On se demande pourquoi il ne dit pas non à cette fille, qu'il ne lui résiste pas; Mais il est pris dans une séduction destructrice, qui le dévore et dont il ne parvient pas à se libérer.

Cette malheureuse histoire avec Juliette relate la liaison de l'auteur avec Judith Vinmer une femme galante, liaison qui le bouleversera et le poussera à écrire "Le Calvaire", comme s'il voulait extirper le démon installé en lui.

Mon bonheur dura peu... Mon bonheur!... C'est une chose extraordinaire, en vérité, que jamais, jamais, je n'ai pu jouir d'une joie complètement, et qu'il ait fallu que l'inquiétude en vînt toujours troubler les courtes ivresses. Désarmé et sans force contre la souffrance, incertain et peureux dans le bonheur, tel j'ai été, durant toute ma vie.

Ce que j'en pense: Très bien! L'analyse psychologique est très bonne et pointue.

 

Rédigé par Alicia

Publié dans #Classiques français, #Littérature française

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GirlyMamie 20/06/2020 09:42

Ravie que tu aies aimé ! As-tu lu Journal d'une femme de chambre ? Je vais aller chercher dans tes anciens posts...

Alicia 21/06/2020 00:40

J'ai lu ce journal que j'ai beaucoup aimé.